Avez-vous de la place pour vous endetter ?

Salut tout le monde :wave: J’aimerais vous partager quelques ratios que je regardais tout le temps lorsque j’étais banquier et que je devais mettre en place de la dette MLT (le raisonnement pour le CT est un peu différent, et demande surtout une analyse du BFR). Je vais m’attarder purement sur le côté analyse financière, et pas nécessairement sur le côté analyse économique ou du projet. Enfin, ici, je parle pour des entreprises assez établies (avec un petit focus sur les startups à la fin).

La capacité d’endettement

La première chose que va regarder un banquier, c’est votre capacité à vous endetter. Pour cela, il y a un ratio qui est scruté à chaque fois : le gearing (le nom est un peu barbare, mais c’est très simple).

Voici à quoi ressemble ce ratio : dettes financières/fonds propres < 1 (ou 100%).

Pour faire simple, cela veut dire que votre dette doit être inférieure à vos fonds propres.

Il faut calculer ce ratio avant, et après nouvelle dette. Si le ratio est supérieur à 1, votre banquier estimera certainement que votre dette est un peu trop importante. En dessous, il y a encore de la place. Il est également possible de dissocier la dette CT et MLT lorsque c’est pertinent.

Ce ratio met en avant l’importance des fonds propres, et donc l’importance de la rentabilité qui vient les renforcer.

La capacité de remboursement

La deuxième chose que va regarder votre banquier, c’est votre capacité de remboursement : est-ce que l’entreprise a la capacité de me rembourser ? Pour cela, deux notions vont être regardées : la trésorerie et la rentabilité.

D’abord, la trésorerie. Le ratio souvent regardé est : mensualité de la dette / tréso.

Il y a deux manières de voir ce ratio :

  • Une manière « statique », avec ce qui est déjà en place. Tous les mois, on voit le cash sur le compte, on compare avec la mensualité, et on regarde si ça passe.

  • Une manière « dynamique », avec ce que l’investissement va permettre de générer comme cash supplémentaire. Ici, il faut donc être capable de se projeter sur le cash-flow généré grâce à l’investissement. Ce cash-flow supplémentaire me permet-il de rembourser la nouvelle dette ?

Ensuite, une autre notion importante est la capacité de rembourser la dette « par la rentabilité ». On utilise généralement la CAF ou l’EBITDA pour cela.

Le ratio est le suivant : Dette financière / CAF ou EBITDA < 4

Idéalement, ce ratio ne doit pas dépasser 4. C’est-à-dire que la dette totale doit être remboursée en moins de 4 années par la rentabilité générée par l’entreprise.


Je termine avec un petit focus sur les startups :

Les banques sont généralement assez frileuses pour prêter de l’argent à MLT à des jeunes entreprises qui ne sont pas rentables.

Elles le font parfois dans une situation : lorsque la startup lève des fonds. Si on regarde de plus près, c’est assez logique :

  • Le gearing est bon puisque les fonds propres sont importants suite à la levée
  • La dette peut se rembourser par le cash car il y en a beaucoup (au début en tout cas)
  • Les flux et les dépôts sont importants, ce qui est générateur de PNB pour la banque.

Le seul sujet, c’est la rentabilité et le cash-burn. Il est donc important ici de démontrer la rentabilité future de la startup, et qu’elle arrive rapidement, idéalement. Ça permettra de caler la bonne durée de dette.

Une levée de fonds peut donc être un bon moment pour aller chercher un peu de dette !

Donc si on récapitule, vous avez de la place pour vous endetter si :

  • Votre dette est inférieure à vos fonds propres
  • Vos mensualités peuvent être remboursées par votre tréso
  • Votre CAF ou EBITDA permet de rembourser votre dette en moins de 4 ans

Il y a plein de choses à dire, mais je pense que l’essentiel est là. Vous voyez d’autres éléments financiers importants ?

3 « J'aime »

Merci @thomasyeddou pour cette analyse financière très poussé ! Du contenu toujours pertinent pour les membres Finpal. Je pense notamment aux @Entrepreneur et @Finance :eyes:

Ton post récapitule très bien tous les éléments importants sur sa capacité d’endettement mais aussi comment être prêt à répondre aux questions de notre banquier quant à notre remboursement.

Merci, simple et communication efficace !

2 « J'aime »

Merci Stéphane !

1 « J'aime »