De l'importance de la blockchain dans la rémunération des artistes

Bonjour à tous,

Nous avons fait le constat que seuls les artistes musicaux pouvaient « gagner leur vie » grâce à la rémunération autour de la diffusion de leurs œuvres. L’exemple pour moi le plus typique est le tube « Born to Be Alive » de notre cher Patrick Hernandez, qui lui assure une rente à vie.

Mais qu’en est-il des artistes peintres ou sculpteurs, des artisans qui produisent des produits uniques et qui ne pourront pas être remplacés par les intelligences artificielles ? Rien, ils ne touchent aujourd’hui strictement rien sur la revente de leurs œuvres. Pourtant, ils le peuvent aujourd’hui…

Nous avons, chez Kalichain, fait ce constat également, et nous avons créé une application qui se nomme Kalicertif. L’idée est d’utiliser la technologie blockchain, les NFTs dans leur terminologie technique (les certificats numériques) et des puces NFC développées de façon à ce qu’elles soient inviolables (une fois déposées, elles ne peuvent être retirées sous peine d’être scannées en tant que « corrompues »).

L’auteur est ainsi différencié du propriétaire, ce qui change tout pour nos artistes ! L’auteur sera la personne qui va garantir l’œuvre ainsi créée et mise sur le marché. Si le propriétaire veut céder son œuvre, il devra alors « demander à l’auteur » de faire suivre la carte grise, document numérique de traçabilité et de certification pour assurer le nouveau propriétaire de la conformité de l’œuvre. Et cette carte grise a un coût… défini par l’auteur.

Grâce à ce système, une œuvre pourra être revendue et permettre à l’artiste de vivre de ses rentes. Et quand on sait que l’année dernière, c’est plus de 123 000 transactions qui ont été réalisées dans l’art contemporain, on imagine qu’une partie aurait pu revenir aux artistes originaux.

Comme vous l’avez compris, cette technique est applicable pour tous types de produits. Ainsi, une marque pourra utiliser notre système pour certifier ses produits et assurer leur authenticité lors de la revente sur le marché secondaire. C’est un excellent moyen de lutter contre la contrefaçon tout en générant des revenus supplémentaires !

Mais nous allons encore plus loin en proposant bientôt des emballages certifiés pour lutter contre la contrefaçon de médicaments, qui engendre plus de 200 000 morts chaque année !

Aujourd’hui, nous sommes à la recherche d’incubateurs et d’investisseurs pour développer rapidement nos solutions dans un monde de plus en plus connecté.

Merci à tous les courageux qui m’auront lu jusqu’au bout !
Plus d’info :

kalicertif.fr
kalicertif.com → notre outils

3 « J'aime »