Investir via sa holding : recherche de retours d’expérience

Hello à tous,
Je suis à la recherche de retour d’expérience et conseils sur l’optimisation des investissements via les holdings.

On sait que l’utilisation d’une holding a beaucoup d’avantages : gestion fiscale et protection des actifs entre autres mais naviguer dans l’univers des invests via une holding est aussi complexe, surtout lorsqu’on veut avoir un fort ROI tout en maîtrisant les contraintes fiscales.

Avez-vous mis en place une stratégie éprouvée et a les bonnes pratiques à suivre absolument ?

Par exemple : comment structurer ses différents invests de manière efficace, quelles considérations fiscales faut-il regarder en priorité, quelles sont les erreurs de base à éviter ?

Y a-t-il des investissements plus adaptés à la holding et d’autres en perso?
Qu’en est-il de la succession?

Je prends tous les retours d’expériences / conseils / stratégies ou ressources que vous avez à partager !

A++

1 « J'aime »

Comme vous le soulignez, la création d’une holding peut présenter de nombreux avantages :

  • Avantages fiscaux: optimisation de la fiscalité des dividendes, des plus-values, etc.
  • Facilitation de la transmission du patrimoine: organisation successorale simplifiée, transmission des actifs à moindre coût.
  • Amélioration de la capacité d’emprunt: consolidation des bilans, accès à des financements plus avantageux.
  • Meilleure gestion des achats d’actifs: diversification des investissements, optimisation des prix d’acquisition.
  • Distribution optimisée des dividendes: flexibilité dans la répartition des profits aux associés.
    Cependant, il est important de noter que la recherche d’une « optimisation fiscale » ne doit pas être l’unique motivation derrière la création d’une holding. L’administration fiscale est en effet très regardante sur ces montages et s’assurera de leur conformité à la réglementation.

De plus, il est important de rappeler que la recherche d’un fort retour sur investissement (ROI) implique nécessairement une exposition à des actifs volatils et une prise de risque. Il est donc essentiel de maitriser parfaitement ce risque avant de s’engager dans un tel montage.

A cet égard, je vous recommande vivement de privilégier les actifs autorisés et réglementés par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Voici quelques erreurs de base à éviter lors de la création d’une holding :

  • Investir sans diversifier son portefeuille.
  • Ne pas pondérer les investissements en fonction de leur visibilité.
  • Investir sans suivi régulier du portefeuille.
  • Ne pas avoir de stratégie d’investissement globale.
  • Ne pas avoir de tactique d’investissement détaillée par investissement.
    La clé d’une gestion de holding réussie réside dans une gestion des risques rigoureuse au niveau de la recherche de performance (ROI) mesurée en fonction des risques de marché que vous êtes prêt à assumer.

Investissements Perso versus Pro : il est important de noter que la gestion d’une holding nécessite une « gestion de la trésorerie » plus rigoureuse que celle d’un patrimoine personnel. Il est donc important de prendre en compte les besoins en fonds de roulement, la gestion des dépenses et des recettes, les investissements opérationnels futurs, etc.

En conclusion, la création d’une holding peut être une solution intéressante pour optimiser la gestion de votre patrimoine et de vos investissements. Cependant, il est important de bien analyser les niveaux de risque que vous (perso et pro) souhaitez prendre. Il faut bien étudier les avantages/inconvénients de ce montage avant de procéder à des investissements dont l’objectif est le ROI qui peut avoir plusieurs dimensions (valorisations des actifs, distributions de revenus, avantages fiscaux, etc).

2 « J'aime »

Hello,

Pour ma part, je viens de créer une holding car je souhaiterais réinvestir les dividendes de ma société dans une SCI en création.
Je pense que la répartition investissement via une entreprise (holding) ou investissement à titre personnel est à prendre en considération.
Avant de me lancer dans ce projet de SCI via ma structure, j’avais déjà investi à titre personnel.

Ainsi, cela me permet d’appréhender la SCI comme une société à part entière et non un achat perso.

Le conseil que je donnerais est qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Dans mon cas en exemple, même si c’est la même nature d’investissement, je diversifie le risque.
Si mes sociétés coulent, il me restera mes investissements privés (sauf en cas de faute de gestion où on peut aller chercher loin mais je suis dans l’extrême).

Je ne voulais pas non plus investir avec de l’argent que j’aurais sorti en salaire.
Salaire —> charge sociale
Une fois versé —> imposable au titre de l’impôt sur le revenu (et j’ai une tranche haute > au taux IS) donc ce n’était pas forcément le meilleur combo.

Bénéficie —> imposable 25%
Dividendes —> imposable également

Mais dans ce schéma je m’y retrouvais plus.
Sachant que dans la première option j’ai des charges sociales qui me permettent d’avoir plus de retraite et dans l’option 2 je n’en ai pas mais je crée un revenu pour couvrir ma retraite à moindre coup.

Donc il faut vraiment analyser les choses de manière globale et choisir les meilleurs options.
Peut-être qu’à titre personnel on me prêtera moins facilement que sur ma SCI (sauf pour le premier achat où les banques aiment être rassurées et donc sont regardantes sur votre situation personnelle)

2 « J'aime »

Hello Mathieu !

Mes réponses :

Avantages d’investir via une holding :

  • Réduit la pression fiscale lors de la vente d’entreprise.
  • Transmission : simplifie la cession de parts (donation/succession).
  • Trésorerie : facilite la remontée de fonds.
  • Fiscalité : bénéficie d’un taux d’IS avantageux (jusqu’à 25%).
  • Protection : offre une sécurité pour le dirigeant.

Stratégie et bonnes pratiques pour investir :

  1. Objectifs clairs : besoin de tréso future, horizon d’investissement, niveau de risque, si dimension ISR ou pas, etc…
  2. Maximisation couple rendement / risque : en ayant accès aux meilleurs dispositifs d’investissement
  3. Diversification : « Diversification is the Holy Grail ». Meilleure résilience
  4. Fiscalité optimisée : utiliser les avantages fiscaux mentionnés
  5. Vigilance sur les frais : minimiser les coûts liés aux produits financiers

Investissements plus adaptés à la holding :

  • Dépôts à Terme : sécurité et prévisibilité pour vos liquidités.
  • Usufruit de SCPI : avantages comptables.
  • Contrats de capitalisation : choix selon objectifs spécifiques.
  • Produits Structurés : offre adaptée à chaque profil d’investisseur, du plus sécurisé au plus exposé. Produits conçus par des banques.
  • Succession : réduction des droits via transmission d’actifs.

Attention, certains investissements ne sont pas éligibles à la holding et le choix d’investir en holding ou en direct reste à déterminer selon les objectifs de chacun.

A ta dispo si tu souhaites creuser davantage le sujet avec un expert de chez Climb.

Aldric

2 « J'aime »

Bonjour Matthieu,

L’avantage de la holding permet de ne pas faire sortir l’argent à titre personnel et se faire taxer si on souhaite utiliser l’argent pour réinvestir dans d’autres activités professionnelles. La société holding permet de centraliser les revenus et le patrimoine professionnel.

Un des avantages de la holding qui n’a pas été évoqué dans les autres postes est la gestion de la rémunération du dirigeant selon moi. Il faut pour cela nommer dans les sociétés d’exploitation la holding mandataire sociales. Elle facture tous les mois son mandat à la société. Le dirigeant prend sa rémunération et paie ses cotisations au niveau de la holding en line avec sa stratégie d’investissement et ses projets futurs, en toute liberté.

Avec une convention de trésorerie, le cash disponible peut circuler vers la holding ou les autres sociétés.

Une stratégie long terme est à définir, en prenant en compte l’activité professionnelle, la famille et les envies personnelles…

Sacha

Bonjour !

Je vous partage mon retour d’expérience et mes réflexions/chantiers du moment.

Avantages que je vois à la holding dans ma structuration actuelle (1 holding EURL mère de sociétés opérationnelles en SAS + 1 SCI à l’IS) :

  • permet de circuler l’excédent de trésorerie des sociétés opérationnelles via des conventions de trésorerie (par exemple pour les apports des investissements immos de la SCI)
  • permet de centraliser les fonctions support (admin/finance/rh) au niveau de la holding, qui rend les services pour les sociétés opérationnelles
  • constitue un véhicule d’investissement éliminant une très grosse couche d’impôt (IR) par rapport à des investissements en personne physique
  • permet de baisser un peu le coût chargé de ma rémunération (TNS d’une EURL vs salarié d’une SASU)

La structure des investissements doit selon moi tenir compte :

  • des expositions existantes du portefeuille (Equity / Immo / FX etc) => est-ce que l’on comprend les risques auxquels on est déjà exposé et est-ce qu’on est ok avec ces risques
  • de l’appétence au risque => quel % de ce portfolio je suis prêt à perdre en scenario extrême
  • des compétences / accès à info privilégiée de chacun => est-ce que je faire baisser le risque ‹ théorique › grâce à mes compétences ou à un accès à des infos non publiques par exemple

Le sujet auquel je m’intéresse en ce moment concerne la transmission (preneur de vos retours d’expériences).

Au niveau de la SCI

Il peut être intéressant de céder des parts à ses enfants au tout début, lorsque la SCI est encore très endettée.
On la démembre pour continuer de remonter 100% des dividendes éventuels à la holding, mais à la succession ces parts cédées sortiront de l’assiette de calcul puisqu’elles appartiendront déjà aux enfants.
L’effet de levier peut-être très important, je prends un exemple numérique :
Imaginons que X mois/années après sa création une SCI a 10m€ d’actifs, financés par 7.5m€ de dette bancaire et 2m€ de compte courant associé (hypothèse 20% d’apport descendu de la holding).
VNC de la SCI = 10m€ -7.5m€ - 2m€ = 500k€
Donation exonérée d’impôts = 100k€ par enfant soit 20% des parts pour chaque enfant
=> Avec 2 enfants on peut céder 40% des parts de cette SCI sans aucune imposition
=> A valeur d’actif constant (ie hors évolution prix de l’immo, inflation etc) ces parts vaudront 4m€ une fois la dette remboursée

Est-ce que je loupe quelque chose dans mon raisonnement ?

La question que cela amène aussi : est-ce le démembrement et la ‹ dilution › dérangent les banques pour les demandes de financement ultérieures ?

Au niveau de la holding

Je pense important de s’intéresser aux règles du pacte Dutreil (qui exonère d’impôt 75% de la valeur des titres) pour essayer d’anticiper très amont, et s’assurer que l’on ne prend pas des décisions qui empêcheront son application.
Cela se complique notamment si une grande partie des actifs sont immobiliers au moment de la succession, car pour que le pacte Dutreil s’applique il faut que l’activité opérationnelle soit prépondérante (ie >50% du CA et >50% de la valeur des actifs non liés à de la ‹ rente immobilière › pour faire vite).

Voilà that’s my 2 cents on the matter :slight_smile:

bon WE

Romain

2 « J'aime »

Un grand merci à tous pour ces retours d’expériences et insights. Ces conseils sont très précieux !!
Et en (très) résumé : diversification, gestion rigoureuse, et stratégie clairement définie sont le B.A. BA.

1 « J'aime »